À PROPOS DU PROCESSUS

DENIÈRE MISE À JOUR



COMMENT LE PROCESSUS A-T-IL ÉTÉ ADMINISTRÉ?

Le processus global a été administré par l’équipe de l’engagement de la Fondation de guérison de la rafle des années soixante, dirigée par Conrad Prince, à l’aide de deux conseillers experts, Kenn Richard et Raven Sinclair, gère l'ensemble du processus (pour voir leur biographie, cliquez ici). Leur rôle était de promouvoir le processus de recrutement, d'organiser la réception des candidatures, d'examiner les candidatures pour s'assurer qu'elles sont complètes et correspondent à la description du poste et aux critères énoncés dans le rapport de mission, de fournir au comité de sélection spécial (voir ci-dessous) une liste restreinte de 25 candidatures (maximum) qui satisfont le mieux aux critères, et effectuer la vérification des références et des antécédents criminels et la vérification de l’habilitation à travailler auprès de personnes vulnérables des candidats finaux.

RÔLE DU COMITÉ DE SÉLECTION SPÉCIAL

Le comité de sélection spécial a été constitué pour assurer un degré supplémentaire d’objectivité au processus de recrutement. Composé de cinq personnes qui n’étaient pas intéressées à assumer un rôle au sein du conseil d’administration, le comité spécial avait pour seul objectif d’appuyer le processus de sélection du conseil. Le rôle de ces cinq personnes consistait à passer en revue et à analyser la liste de 32 candidats sélectionnés et de compiler une liste de neuf candidats finaux pour la dernière étape de l’évaluation, soit la vérification des références et des antécédents criminels et la vérification de l’habilitation à travailler auprès de personnes vulnérables. Le comité spécial de sélection a préparé une explication de la raison de sa sélection, soumise au conseil d’administration intérimaire aux fins d’approbation finale.

QUI SIÉGEAIT AU COMITÉ DE SÉLECTION SPÉCIAL ET COMMENT ONT-ILS ÉTÉ CHOISIS?

L’équipe de l’engagement et les conseillers experts ont choisi les membres du comité de sélection spécial qui ont ensuite été approuvés par le conseil intérimaire. Ils ont été choisis de façon spécifique selon les critères suivants :

Membres du comité de sélection spécial

Dr. Allyson Stevenson
Chaire de recherche en études métisses, Université de la Saskatchewan
Dr. Allyson Stevenson est professeure adjointe au Département d'études autochtones et titulaire de la chaire de recherche du Gabriel Dumont Institute en études métisses à l'Université de la Saskatchewan. Elle a obtenu sa maîtrise et son doctorat en histoire de l'Université de la Saskatchewan. Elle est une adoptée de Kinistino, Sk a grandi à Regina. Ses recherches portent sur la rafle des années 60 et l'émergence du programme Adopt Indian and Métis. Son livre, Intimate Integration: A History of the Sixties Scoop, paraîtra en octobre 2020 avec University of Toronto Press. Elle a publié des articles sur la rafle des années 60, l’activisme politique des femmes autochtones et les histoires de résilience et de résistance des Métis.

Dr. Renee Linklater

Directrice, Shkaabe Makwa, Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH)  
Renee Linklater, PhD est membre des Premières nations de Rainy River dans le nord-ouest de l'Ontario. Elle a plus de 25 ans d'expérience de travail avec les agences de guérison autochtones et les communautés des Premières Nations. Renee a travaillé dans les secteurs de la santé et de l'éducation en tant que travailleuse de première ligne, évaluatrice de programmes, concepteur de programmes, éducatrice / formatrice et chercheuse. Elle est conférencière internationale sur les traumatismes et la guérison et est l'auteur de Decolonizing trauma work: Indigenous stories and strategies. Renee est la directrice de Shkaabe Makwa au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) et participe activement à plusieurs initiatives au niveau du système à travers l'Ontario.

Banakonda Kennedy-Kish Bell

Aînée en résidence, Faculté de travail social, d'études autochtones, Université Wilfrid Laurier
Banakonda Kennedy-Kish Bell est une aînée en résidence à la faculté de travail social Lyle S. Hallman, d'études autochtones à l'université Wilfrid Laurier. Elle est conseillère culturelle autochtone, enseignante et praticienne traditionnelle, et travaille au service des communautés autochtones depuis plus de quarante ans.

Dr. Cornelia Wieman

Médecin-chef adjoint par intérim, Bureau du médecin-chef, Autorité sanitaire des Premières Nations
La Dre Cornelia (Nel) Wieman travaille pour la First Nations Health Authority (FNHA) à Vancouver, en Colombie-Britannique, au Bureau du médecin-chef en tant que médecin-chef adjoint par intérim (A / DCMO). Elle est professeure auxiliaire à la Faculté des sciences de la santé de l'Université Simon Fraser et professeure adjointe de clinique au Département de psychiatrie et de neurosciences comportementales de la Faculté des sciences de la santé de l'Université McMaster. Nel est la première femme psychiatre autochtone du Canada (Anishnawbe - Première nation de Little Grand Rapids, Manitoba). Elle a complété son diplôme de médecine et sa formation spécialisée en psychiatrie à l'Université McMaster à Hamilton, en Ontario.

Bernadette Iahtail

Directrice générale et co-fondatrice, Creating Hope Society of Alberta
Bernadette Iahtail est la directrice générale et cofondatrice de Creating Hope Society, un organisme autochtone sans but lucratif accrédité créé pour reconnaître les enfants autochtones des années soixante et soixante-dix. Nous croyons que la pelletée de protection de l'enfance des enfants autochtones est une continuation de l'ère des pensionnats indiens, et il est temps d'arrêter le cycle de séparation des enfants autochtones de leur famille et de leur communauté. La mission et la vision de Creating Hope Society est de "Créer l'espoir, soutenir la guérison, honorer la vérité et réconcilier nos différences".

Communiquez avec nous

Si vous avez des questions au sujet de la Fondation de guérison de la rafle des années soixante, veuillez nous appeler sans frais : 1-877-313-7011 ou courriel info@60sscoopfoundation.com.